Communiqué pour l’admission de tout.es les admissibles aux concours internes

mardi 30 juin 2020
par  Laurence.V
popularité : 12%

Les organisations syndicales SUNDEP Solidaires et SYNEP CFE/CGC, signataires de ce communiqué, partagent une analyse commune s’agissant de la situation vécue par tout.es les admissibles des concours internes de l’Education nationale.

-  Une situation, d’abord inédite, induite par la mise en place du confinement de deux mois rendant impossible le passage des oraux de ces concours aux dates initialement convenues. Ces conditions exceptionnelles ont laissé les presque 3500 candidat.es alors admissibles à ces concours internes dans l’Enseignement privé sous contrat dans une incertitude considérable, générant un stress majeur dans cette période déjà anxiogène.

-  Une situation, désormais ubuesque, depuis que le ministère de l’Education nationale a décidé, fin mai, de n’admettre que les premiers et premières candidat.es en prétendant accéder à leur demande de suppression des oraux d’admission.

-  Une situation totalement inacceptable et dénoncée de manière très large par les candidat.es et dorénavant par un certain nombre de membres de jurys de ces mêmes concours.

De nombreuses questions, qui témoignent d’une rupture d’égalité sans précédent dans le processus de recrutement de ces enseignant.es, perdurent :

-  Comment un jury peut-il différencier les qualités professionnelles et didactiques des candidat.es uniquement à partir de l’examen d’un dossier ?

-  Comment sont départagé.es les ex aequo ?

-  Pourquoi les postes ouverts aux concours ne sont-ils pas tous pourvus ?

La crise sanitaire exceptionnelle que nous sommes en train de traverser nécessite l’application de mesures exceptionnelles. C’est pourquoi, même si pour certains concours les admissions sont déjà publiées, nous revendiquons encore et toujours l’admission de tout.es les admissibles à ces concours internes. Cette décision, juste et équitable, s’impose d’autant plus que financièrement elle n’impacterait que de 0,1% le budget alloué à l’Enseignement privé sous contrat !

A l’heure où le gouvernement est prêt à renflouer les caisses de grandes entreprises telles que Renault et Air France, pourquoi ne pas aussi investir dans l’avenir de la jeunesse en permettant l’accès à la titularisation de professeur.es déjà réputé.es compétent.es afin de les rémunérer à leur juste mesure ?

Le SUNDEP Solidaires et le SYNEP CFE/CGC dénoncent le choix du ministère d’un recrutement basé sur une liste opaque de « premiers et premières de cordées » ou défini.es comme tel.les alors même que, de l’aveu de J.M. Blanquer, il faudra dès la rentrée de septembre faire appel aux candidat.es non admis.es pour pallier aux besoins de suppléant.es !
Nous estimons qu’il est aussi désormais plus que temps de changer le logiciel de gestion des personnels de l’Education nationale et cesser de maintenir dans la précarité près de 20% de nos collègues.

Parce que la rentrée 2020 s’annonce tout aussi inédite que le printemps qui l’a précédé, parce qu’à l’occasion de cette rentrée nous aurons besoin de travailler tout.es ensemble, collectivement, nous demandons l’admission de tout.es nos collègues admissibles aux concours internes.


Documents joints

PDF - 76.1 ko

Brèves

4 décembre 2015 - CCMD avancements/promotions 30 novembre 2015

Ordre du jour :
Elections des représentants de la commission de réforme départementaleRetour (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

Avec le SUNDEP Solidaires, j’exige l’égalité de mes droits et la reconnaissance de mon travail : (...)

5 novembre 2015 - PETITION POUR QUE ISAE = ISOE

En 1990, Lionel JOSPIN, ministre de l’Education nationale, a souhaité réduire les inégalités entre (...)

11 septembre 2015 - Légère revalorisation des salaires des instituteurs suppléants

Les instituteurs suppléants bénéficieront :
d’une revalorisation à l’indice de base 321 (au lieu (...)

21 mai 2012 - Semaine de 5 jours : le gouvernement fait régner la terreur et s’apprête à affamer la population (des hôteliers-restaurateurs)

Les hôteliers jouent à se faire peur : en rétablissant la semaine de 5 jours dans le primaire avec (...)