« Parcoursup a échoué à rendre acceptable la pénurie de places dans l’enseignement supérieur »

lundi 28 juin 2021
par  Véro
popularité : 17%

Le gouffre entre le nombre de candidatures de qualité et le nombre de places proposées rend impossible de produire un classement juste, souligne, dans une tribune au « Monde », Thibaud Boncourt, maître de conférences en science politique et président d’une commission d’examen des vœux Parcoursup.

A l’été 2017, des milliers de néo-bacheliers se sont retrouvés sans proposition d’affectation dans l’enseignement supérieur. Parmi eux, d’excellents candidats présentés par Frédérique Vidal comme les victimes d’une « injustice », car écartés des formations auxquelles ils prétendaient, non du fait de leurs résultats, mais à cause du tirage au sort opéré par la plate-forme « Admission Post Bac » (APB).
Confronté, dans les termes d’Edouard Philippe, à « une immense insatisfaction, un sentiment de gâchis et de colère dans les familles » (Le Monde, 30 octobre 2017), le gouvernement a remplacé APB, en 2018, par Parcoursup et remis le « mérite » au centre de l’admission dans l’enseignement supérieur. Les établissements ont alors été appelés à classer eux-mêmes les candidatures, en fonction d’une série de « critères » et d’« attendus ».

Cette réforme n’a pas réglé le problème de fond : l’enseignement supérieur n’est toujours pas en capacité d’accueillir tous les candidats, chaque année plus nombreux, dans les filières de leur choix. Elle a simplement visé à rendre l’éviction d’une partie d’entre eux plus acceptable, en écartant « l’injustice » du tirage au sort.
Impossible de produire un classement juste

Trois ans plus tard, l’échec de cette stratégie est patent. Parcoursup, comme APB, continue d’alimenter l’incompréhension et les sentiments d’injustice. L’amertume suscitée par les résultats d’admissibilité à Sciences Po Paris, publiés la semaine dernière sur la plate-forme, en est l’illustration la plus récente. Elle est emblématique des déceptions que produisent, chaque année, les classements des nombreuses filières « en tension ».

Le problème est finalement le même qu’à l’époque d’APB : comment comprendre que des lycéens pourtant excellents à tous points de vue n’obtiennent pas la filière de leur choix ? Pour expliquer l’inexplicable, on multiplie les hypothèses : serait-ce parce que la notation réputée sévère des grands lycées parisiens nuit à leurs élèves ? Serait-ce parce que certaines formations discriminent positivement les boursiers, ou négativement certaines catégories de candidats (en vrac : certains choix de spécialités, les lycées privés, etc.) ? Serait-ce parce que certaines commissions classent uniquement sur la base des notes, sans prêter attention aux éléments plus qualitatifs des dossiers ? ...

Le Monde
Publié le 22 mai 2021 à 09h00 - Mis à jour le 24 mai 2021 à 11h47

Thibaud Boncourt

Maître de conférences en science politique, président de la commission d’examen des vœux Parcoursup de la licence science politique, université Paris-I Panthéon-Sorbonne.


Brèves

22 mai 2012 - Nouveau procès par appel de Guinot contre Gérard Filoche le 5 juin à 13h30 devant la 31 chambre TGI de Paris

"Nous venons de recevoir la date de la nouvelle audience du procès intente en appel par GUINOT (...)

14 mai 2006 - Uni(e)s contre une immigration jetable : signez la pétition !

« Nous refusons le projet de loi CESEDA que prépare le gouvernement sur l’immigration ! La (...)