OUI l’Ecole est un enjeu de Société, NON, nous ne voulons ni clichés ni provocations !

vendredi 24 février 2006

La convention UMP consacrée à l’Education donne encore lieu à clichés et provocations... mais les propositions énoncées et annoncées sous forme de provocations, recouvrent bien la volonté de démantèlement du service public d’éducation !
Provoquez, il en restera bien quelque chose, à coup d’analyses sommaires et de « soi-disant bon sens » ...
"

Suppression de la carte scolaire, autonomie des établissements, rémunération des enseignants au mérite, encouragement du privé sous contrat à s’implanter dans les zones sensibles : les propositions de réforme avancées, mercredi 22 février, par le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, à l’issue de la convention UMP sur l’éducation, ébranlent les fondements du système éducatif français.

titre Le Monde du 24-02-06
« Je ne conçois pas que nous puissions imaginer ensemble la France d’après sans avoir un projet pour l’école. Notre devoir est de prendre des risques à la mesure des objectifs que nous croyons justes », a-t-il affirmé dans son discours. Quinze mois avant l’élection présidentielle, M. Sarkozy a donc pris le risque de se mettre à dos une partie du corps enseignant.
Les organisations syndicales ont réagi très vite. Le SGEN-CFDT a qualifié M. Sarkozy de « chantre du libéralisme ». L’UNSA-éducation a estimé que ses propositions constituaient « une synthèse libérale et conservatrice ».
Rare personnalité marquée à gauche invitée à la convention, le secrétaire général de la FSU, principale fédération syndicale de l’éducation, Gérard Aschieri, s’est prononcé contre la suppression de la carte scolaire : « Ce n’est pas en libéralisant la carte scolaire que l’on parviendra à progresser vers la mixité sociale et à sortir de la ghettoïsation de certains établissements. »
Une conviction pourfendue par M. Sarkozy, qui fait du « libre choix des établissements par les parents » son principal credo. A l’inverse de la carte scolaire, qui constitue, selon lui, « un privilège pour les uns, une fatalité pour les autres », le libre choix crée « une émulation entre les établissements et incite chacun d’entre eux à améliorer ses performances ».
Pour réussir une telle réforme, M. Sarkozy prône une autonomie renforcée des établissements. Chacun d’entre eux devrait ainsi pouvoir se doter d’un projet éducatif spécifique « en contrepartie de la liberté d’affecter librement 20 % de son budget à la mise en oeuvre » dudit projet. Il a aussi souhaité « valoriser ceux qui exercent dans les conditions les plus difficiles » et « améliorer la rémunération et le pouvoir d’achat des enseignants volontaires ».
Le président de l’UMP a par ailleurs réitéré ses critiques à l’encontre des zones d’éducation prioritaire (ZEP), pourtant relancées par le ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien, qui a ouvert la convention UMP. « Les ZEP accroissent les inégalités sociales au lieu de les réduire parce qu’elles aggravent la ségrégation urbaine en raison des stratégies de fuite qu’elles provoquent », a affirmé M. Sarkozy.
MAIN TENDUE AU PRIVÉ
Le président de l’UMP propose de développer des projets d’établissement d’excellence à l’image du lycée expérimental initié en Seine-Saint-Denis par Gilbert Béréziat, président de l’université Pierre-et-Marie Curie (Paris-VI) et par Richard Descoings, directeur de Sciences Po Paris.
M. Sarkozy souhaite que « les établissements sous contrat, qui veulent ouvrir des antennes ou des écoles dans les zones moins favorisées soient encouragés à le faire, alors qu’ils en sont aujourd’hui dissuadés ». Cette main tendue au privé risque de rallumer les vieilles querelles entre partisans de l’école publique et de l’école « libre ». Le nombre d’établissements privés implantés en ZEP se compte actuellement sur les doigts d’une main. S’ils ont toute liberté de s’y installer, ils doivent largement financer leur implantation.
Enfin, les propositions du président de l’UMP écornent certains points de la loi d’orientation sur l’école de François Fillon, pourtant conseiller de Nicolas Sarkozy sur l’éducation. Ainsi, parmi « les changements concrets qui donneront à l’école un visage plus moderne », M. Sarkozy a défendu le développement du sport, discipline absente du socle commun de connaissances définie par la loi Fillon. " Le Monde 24-02-06

Le CNAL (Comité National d’Action Laïque) a aussi réagi vivement :
« Le CNAL dénonce des »contrevérités" de Sarkozy sur l’enseignement privé

Le Comité national d’action laïque (CNAL) a dénoncé, vendredi dans un communiqué, les récents propos du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy en faveur « de la suppression à terme » de la carte scolaire et du libre choix des familles y compris vers le privé.
« Je suis pour la suppression à terme de la carte scolaire », avait dit mercredi le ministre, en ajoutant : « le social n’est pas l’apanage des établissements publics. Les établissements privés ont une longue pratique et des réponses originales en la matière. L’enseignement privé déborde d’ailleurs de demandes d’inscriptions. Je n’accepte pas que la liberté de choix de l’école soit réservée à ceux qui habitent dans les beaux quartiers ».
« C’est une conception libérale, à la fois rétrograde et incohérente de l’éducation. Il s’agit aussi de contrevérités et de leurre », a affirmé le CNAL « (comité réunissant l’Unsa et son syndicat d’enseignants, les parents d’élèves FCPE , la ligue de l’enseignement et la fédération des DDEN). »N’en déplaise à M. Sarkozy, le vernis social qu’il attribue à l’enseignement privé ne résiste pas à l’examen des chiffres« , a-t-il ajouté citant les statistiques officielles : 96,36% des élèves étrangers dans le public (3,64% dans le privé), 93% des handicapés dans le public (7% dans le privé), 19,3% d’élèves d’origine socioprofessionnelle très favorisée dans le public (31% dans le privé) et 39,1% d’élèves très défavorisés dans le public (23,5% dans le privé). »Supprimer la carte scolaire fragiliserait encore plus la mixité sociale. Proposer la solution du privé relève du leurre tant cet enseignement n’a jamais été présent dans les zones sensibles et n’a aucun bilan en ce domaine", a estimé le CNAL.
Dépêche de l’Education

Pour le futur candidat à la candidature UMP pour 2007, parlant de l’Ecole, pas de problème de stratégie : dénoncer ce qui ne « marcherait pas » après avoir diminué ou supprimé les moyens qui permettraient de « bien marcher », puis faire appel au développement du Privé sous contrat qui, lui, aurait « vocation » à « réussir » ... Nous savons bien que la question est bien plus complexe que cela !
Mais nous savons bien aussi que la volonté de ce gouvernement est d’abonder le plus possible le financement des établissements privés, et nous l’avons maintes fois démontré !

Avec nos collègues du Public, nous dénonçons cette volonté de mépris du Service Public, de cette volonté de son démantèlement qui apparaît clairement au-delà des provocations.